marqueur eStat'Perso

retour à l'index

 

 

Le Leica M2.

par Michel Pourny.

 

 

Longueur : 138mm -145mm avec les ¤illetons- ; hauteur : 77mm ; épaisseur : 38mm. Monté de 1958 à 1967 à Wetzlar. Le modèle présenté porte le numéro 1143728. Il a vu le jour en 1966.

 

La base de mesure du télémètre est de 68mm comme sur le M3, mais les cadres de visée correspondent aux angles de champ des objectifs de 50 et 90mm. L'image globale dans le viseur correspond à l'angle de champ du 35mm. C'est l'objectif de prédilection du M2. Je reste sur l'idée que les appareils télémétriques sont incompatibles avec les objectifs de longue focale. Le minuscule cadre du 135 au milieu des viseurs du Leica CL ou du M3 rend cadrage et composition de l'image difficiles. Au-dessus de 90mm il faut passer à l'appareil reflex. Et encore╔ le 90, ici dans le M2╔c'est déjà du sport !

Pour réaliser des photos en lumière naturelle, j'avais fixé mon choix sur deux objectifs : le Summilux 1,4 :35mm et le Summarit 1,5 :50. Ce ne sont pas des merveilles pour le piqué comparés aux Summicron et même aux Summilux d'aujourd'hui, mais ils permettent à grande ouverture de réaliser des prises de vues dans les musées (où le flash est proscrit) ou des portraits de mes petits enfants sans les déranger dans leurs jeux. Le déclenchement étant pratiquement inaudible, la discrétion est assurée, et c'est toujours, où que l'on se trouve, un avantage appréciable. Mon seul problème : la monture du Summarit n'éclaire pas le champ du 50 dans le viseur, il faut actionner le bouton-poussoir pour le cadrage.

J'ai utilisé autrefois le Leicameter (alimenté par la même pile que le Leica CL), mais j'ai vite abandonné, car monté sur le boîtier, celui-ci perd l'avantage de sa compacité, et ce sont des soucis en plus. Avec le temps et l'habitude on se débrouille très bien sans posemètre, même dans les musées où les objets dans les vitrines sont bien exposés pour 100 iso entre 1 :2 et 1 :4 au 1/15° seconde. Le seul problème est celui de la mise au point, car la profondeur de champ est très réduite. C'est aussi un avantage, car l'attention est attirée sur un détail judicieusement choisi. Pour les photos d'intérieur, avant une séance avec les enfants, après avoir discrètement déplacé les jouets près d'une fenêtre, je fais une ou deux mesures avec un posemètre (Lunasix) qui me propose en général (pour 400iso) 1/30° entre 1 :2,8 et 1 :4. Le problème alors, c'est le flou de bougé╔ car contrairement aux objets dans les vitrines, les enfants sont insupportables : ils vivent !

Mon appareil est dépourvu de retardateur et c'est un problème, car le CL n'en a pas non plus. Le compteur ne revient pas automatiquement à 0 pendant le chargement du film, il faut tourner la molette à la main. Pour cela, il faut penser. Si on est étourdi, ou en vacances, occupé à charger le film l'appareil sur un genou, au milieu des touristes en équilibre sur un pied, il y a peu de chance pour que le compteur soit remis à zéro, et si le film n'est pas exposé dans la journée, on ne sait plus combien de vues ont été prises, au risque de revenir au labo avec un film à moitié exposé. Ou pire : manquer un événement qui ne se reproduira jamais. Des détails qui comptent, et je crois que des modèles plus récents disposaient d'un retour à 0 automatique.

Je dois reconnaître que cet appareil est d'une fiabilité exemplaire. Après un demi-siècle de bons et loyaux services (et pas seulement entre mes mains, je l'ai depuis vingt ans), tout fonctionne parfaitement, même les vitesses lentes (celles du CL sont HS) !

Les trois modèles de chambres reflex (en monture à baïonnette) sont adaptables sur le M2. Elles autorisent la prise de vues au téléobjectif avec les objectifs Telyt de 200 à 800mm. La photographie rapprochée devient possible. Le bloc optique de l'Elmarit 2,8:90 vissé dans la bague hélicoïdale 16464 montée sur la Visoflex (2 ou 3) permet de faire le point de l'infini à 50cm. A cette dernière distance, le champ image est de 8 x 12cm. Dans tous les cas avec cet objectif, le piqué est au rendez-vous. Certes, l'ensemble boîtier (sans posemètre╔pour les vues à courte distance !) + Visoflex + objectif est encombrant et lourd, et le leicaïste amoureux des fleurs et des insectes, incapable de passer inaperçu, risque d'être pris par les photographes d'aujourd'hui pour un être venu d'ailleurs.

Cathédrale de Passau (Allemagne). (Summilux 1,4:50mm)

La ville de Ulm vue depuis le clocher de la cathédrale. (Summilux 1,4:50mm)

Le château d'Amboise. (Summilux 1,4:35mm)

Château du Clos-Lucé. (Summarit 1.5:50mm)

Moteur et hélice d'avion abattu sur Omaha Beach. (Summarit 1.5:50mm)

Abbaye de Paimpont. (Summarit 1.5:50mm)

§