marqueur eStat'Perso

Le pré-Summarit_de_1934.

 

© Photographies avec le Summarit 1.5:50 mm:

par

Michel Pourny.

 

Les nouveaux objectifs en 1949.

Summar, Summarit et Summarex.

Le Summarit 1.5 de 50 mm est la version traitée anti-reflets du Xenon de l'opticien Schneider et employé par Leitz pour les Leica à vis.. Il sera au catalogue jusqu'en 1960.


Nous sommes en 1916. Afin de protéger la marine alliée, dont les navires de guerre ou marchands étaient attaqués par les redoutables U-boot allemands, les « plus légers que l'air » dirigeables montrèrent toute leur utilité dans leur mission de repérage des sous-marins ennemis. La base d'Ecausseville, située en plein centre du Cotentin, à égale distance de la mer au nord, à l'ouest et à l'est, fut désignée comme le lieu idéal pour abriter ces aéronefs géants. Des abris existaient déjà avant la guerre, construits souvent en matériaux légers dont il fallait changer régulièrement la couverture. Entre 1911 et 1926, 33 hangars furent construits en France, dont certains gigantesques. Il s'agissait d'abriter des monstres tels ce Dixmude (68500 m3 d'hydrogène, 226m de long). Ainsi, à Orly, le plus long hangar jamais construit mesurait 300m de long pour 100m de large et 58m de haut.

Abri pour dirigeable à Ecausseville :

Leica M2, Summarit 1.5:50 (f :8 au 1/125).

Il ne reste aujourd'hui que ce grand hangar d'Ecausseville (longueur 150m, largeur 40m, hauteur 30m) composé de trois ensembles de 50m en béton armé, séparés par 2cm pour éviter les effets de la dilatation. Chaque élément comporte 9 fermes. Les « tuiles » sont en ciment armé, mesurent 2,10 x 1,64m et pèsent 138kg, il aura fallu en tout 3352 tuiles pour couvrir le bâtiment.

Maquette de l'abri pour dirigeable :

Leica M2, Summarit 1.5 :50 (f :2.8 au 1/8).

Dans le musée attenant, photographies, maquettes, témoignages ou documents divers permettent au visiteur de mieux connaître l'histoire de ces engins volants, quelle fut surtout leur fonction au cours des deux guerres mondiales. Cette visite présente un autre intérêt, car aujourd'hui pour de toutes autres raisons que militaires, des aéronefs moins dangereux car emplis de gaz non inflammables, pourraient présenter des avantages pour le transport de structures ou d'objets de grandes dimensions. La catastrophe du Hindenburg n'a pas mis fin à l'existence de ces objets volants très identifiables. Ecausseville est un petit village, près de Montebourg, dans le Cotentin.

La « Demoiselle » :

Leica M2, Summarit 1.5:50 (f :2.8 au 1/8)

La Demoiselle est un monoplan dont la structure est de bambou et de toile. Il pèse 60kg, pour une envergure de 5,10m et 6m de long. Le 16 novembre 1907, son créateur Santos-Dumont franchit 200 mètres, à 6 mètres au-dessus du sol. En 1909, doté d'un moteur de 25 CV, il vola pendant 5 minutes, parcourant une distance de 8 km.

Le port de Barfleur :

Leica M2, Summarit 1.5:50 (f :8 au 1/125)

Sur les rochers dans le Cotentin :

Leica M2, Summarit 1.5:50 (f :8 au 1/125)