marqueur eStat'Perso

 

© Le pré-Summarit de Leitz.

50 mm - F/1.5.

Brevet déposé en 1934.

 

Pré-Summarit de F/1.5: même formule optique que les Summarit et Summilux.

 

Etude de Jacques Roquencourt.

 

Avant propos: Étonnant objectif, étudié avant que Leitz ne propose le Xenon en 1936. Notre étude montre que cet objectif avait une correction poussée de l'aberration sphérique procurant ainsi, une définition surprenante dans l'axe: 80% de contraste à 0.55 micron et 50% de contraste de 0.45 à 0.65 micron à une ouverture de F/1.5 pour 40 pl/mm (MTF chromatique).

(Fig 1.)

 

Calcul pour 0.55 micron.(fig 2)

 

(Tab 1.)

MTF chromatique tangentielle.

(Tab 2.)

MTF chromatique sagittale.

 

Analyse des résultats et commentaires: lire, pour une bonne compréhension, la lecture des tableaux.

-Sur la figure 1, l'aberration sphérique est représentée par les coefficients du polynôme en X(1+2n), de n=1 à 4: n= 0 étant la fonction linéaire représentant l'optique dite de Gauss. La courbe de l'aberration sphérique sur-lignée en rouge de la figure 2 est pratiquement linéaire et verticale indiquant que quelque-soit la hauteur du rayon dans la pupille d'entrée, ce dernier aura pratiquement le même foyer que le rayon central. Ceci est obtenu en faisant intervenir les aberrations d'ordre élevé, jusqu'à l'ordre 9 (n=4). Comme l'indique la figure 1, le maximum d'écart par rapport au foyer central n'est que de 22 microns permettant ainsi, d'obtenir avec cette ouverture de F/1.5, un diamètre moyen de tache image de 6 microns.

-Présence de l'aberration de coma. (voir taches image et courbes)

-L'observation des taches image montre une présence importante d'astigmatisme et de courbure du champ: à 10 mm de l'axe la courbure est de 0.9 mm avec un astigmatisme de 0.9 mm. En bord du champ image, la courbure s'élève à 2 mm avec un astigmatisme de 2.5 mm. C'est la présence de ces importantes aberrations qui ne permettra pas d'utiliser cet objectif et que Leitz sous-traitera l'étude d'une nouvelle optique au bureau de calcul de l'opticien Schneider: le Xenon. Le brevet sera déposé au nom de Leitz et lancé en 1936.

-Le foyer pour le bleu (0.45 micron) est à 1/100 de mm du foyer pour le vert (0.55 micron) et le rouge (0.65 micron) est à 6.5/100 de mm de ce même foyer pour le vert. (le contraste chutant à zéro pour 40 pl/mm: faible profondeur de champ à cette ouverure)

-De nos jours, l'utilisation des surfaces asphériques ont permis d'obtenir ces valeurs de contraste dans l'axe pour les Summilux: voir courbes ci-dessous.

-Le Xenon donne pour une ouverture de F/1.5 un contraste de 30% pour 40 pl/mm dans l'axe et une meilleure correction de l'astigmatisme et de la courbure du champ image.

Consulter: Xenon-Summarit.

 

Le Summilux 1.4 de 50 mm.


lecture des tableaux. dans le sens des colonnes: (unité le mm.) F0: distance focale de l'objectif. (voir fig 1)

1°- diamètre des lentilles, rayons de courbure des lentilles, épaisseurs des lentilles et distances entre les lentilles, indices des verres.

2°- plans principaux objet, image; distance focale avant, distance focale arrière: référence, respectivement, le premier et le dernier dioptre.

- distance du diaphragme/ à la lentille avant:, position des pupilles d'entrée et de sortie: référence, respectivement le premier et le dernier dioptre.

3° -épaisseur totale, ouverture numérique, diamètre de l'ouverture du diaphragme, champ image analysé.

4° -distance objet, distance de l'image/dernier dioptre, défocalisation spectrale/au foyer de l'objectif, défocalisation mécanique/au foyer de l'objectif.

lecture de la figure 2. dans le sens de la droite vers la gauche.

1° -première colonne: spot diagramme (tache lumineuse normalisée/à la plus grande dimension) en fonction du champ: de l'axe à 20 mm, pas 4 mm.

2° -deuxième colonne: MTF; contraste de 0 à 100% (pas 20%) en fonction du nombre de pl/mm: analyse de 0 à 40 pl/mm, pas 5 pl/mm.

3° -courbes superposées des aberrations sphérique et coma. (l'aberration sphérique est sur-lignée en rouge°

4° -courbure de champ sagittale et tangentielle + demi-somme.; l'usage est de calculer et de représenter ces courbes pour de faibles ouvertures.

5° -variation de l'éclairement/ fonction du champ.

6° - coupe méridienne.